Notre amie Danièle a relevé cet extrait d'un poème de Birago Diop qui s'intitule "Le souffle des ancêtres" du recueil "Leurres et lueurs".


Ceux qui sont morts ne sont jamais partis

Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire

Ils sont dans l’ombre qui s’épaissit

Les morts ne sont pas sous la terre

Ils sont dans l’arbre qui frémit

Ils sont dans le bois qui gémit

Ils sont dans l’eau qui coule

Ils sont dans la case, ils sont dans la foule.

Les morts ne sont pas morts

 

Merci à notre amie Danièle pour cette pensée.

Poème pour Marie
Retour à l'accueil